Imprimer

AU CŒUR DE L'ACTUALITÉ

Un chercheur de la Fondation découvre les causes génétiques des évanouissements et des arrêts cardiaques

Dr Andrew KrahnLa moitié des personnes perdront conscience au moins une fois au cours de leur vie, mais chez une petite proportion de ces personnes, le premier évanouissement pourrait indiquer une anomalie potentiellement mortelle du rythme cardiaque. Cependant, ces personnes pourraient ne pas se rendre compte des risques auxquels elles sont exposées parce que les tests traditionnels comme l’échocardiogramme (ECG ou EKG) pourraient ne pas déceler ce problème. Grâce au soutien financier de la Fondation des maladies du cœur, Dr Andrew Krahn, directeur de l’Unité de surveillance des arythmies du Centre des sciences de la santé de London étudie de nouvelles façons de tester les battements cardiaques anormaux, appelées arythmies, et particulièrement les variantes héréditaires plus difficiles à déceler qui peuvent occasionner la mort subite chez des personnes jeunes et en bonne santé.

Des tests précis menés après une perte de conscience ou un arrêt cardiaque peuvent détecter un problème de santé et l’identifier chez des membres de la famille qui ne présentent aucun symptôme afin d’orienter l’utilisation des tests génétiques et des traitements efficaces. « Nous souhaitons que ces patients et leurs familles soient en mesure d’identifier un problème grave et de potentiellement mortel afin de l’empêcher de survenir, dit Dr Krahn. Plusieurs personnes qui ont subi des tests ont découvert que certains de leurs enfants avaient le même problème et grâce au traitement médical, nous pouvons prévenir un incident qui pourrait mettre leur vie en danger. » 

Moins de cinq pour cent (5 %) des personnes en proie à un arrêt cardiaque hors du milieu hospitalier y survivent, ce qui fait de la prévention des arrêts cardiaques le meilleur moyen de réduire les décès qui leur sont attribuables. La première étape consiste à identifier les personnes à risque. À ce jour, Dr Krahn a examiné 150 patients dans le cadre du registre national et il désire faire passer ce nombre à 500. Environ le tiers de ces personnes ont subi une perte de conscience auparavant et les autres sont des survivants d’arrêt cardiaque. Aucun de ces patients n’avait encore été informé de la cause de son problème médical. « Notre premier examen des résultats démontre que dans la moitié des cas qui semblent inexpliqués, nous pouvons déceler la cause à l’aide de tests cliniques et génétiques », dit Dr Krahn.

Les tests génétiques ne sont qu’une méthode parmi d’autres qu’utilisent les chercheurs afin d’évaluer les problèmes cardiaques des patients. Dr Krahn utilise aussi des médicaments qui peuvent provoquer un stress cardiaque, ce qui aide à déceler la provenance du problème d’arythmie. Dr Krahn est surtout intéressé par les troubles émanant des cavités inférieures (ventricules) du cœur. «  La plupart des arythmies des cavités supérieures (oreillettes) ne mettent pas la vie en danger. Le cœur est toujours en mesure de pomper le sang en présence d’arythmies des oreillettes, mais quand un problème ventriculaire survient, souvent le sang cesse tout simplement de circuler. »

Bien que Dr Krahn ne puisse encore compter que sur des résultats préliminaires, il dit que les gens peuvent quand même prendre des mesures en attendant. Premièrement, il faut demander immédiatement des soins médicaux. En cas d’arrêt cardiaque, bien entendu, mais aussi en cas d’évanouissement en circonstances inhabituelles, comme en nageant, en courant ou après avoir entendu un bruit soudain, il faut demander de l’aide et subir des tests jusqu’à ce qu’une cause soit décelée.

Une fois ses recherches terminées, il espère utiliser ces renseignements afin de développer davantage le réseau national des patients et de trouver des chercheurs cliniciens intéressés par les maladies cardiaques héréditaires. Le site Web qu’il lance offrira aussi des renseignements sur les divers problèmes cardiaques héréditaires.

Dr Krahn déclare que sans le soutien de la Fondation des maladies du cœur, des projets innovateurs comme celui-ci seraient tout simplement impossibles à réaliser.

« La Fondation des maladies du cœur rend tout ce travail possible. Cet organisme finance la recherche, des cellules fondamentales aux patients, comme dans mon cas, afin de découvrir les causes, de les prévenir et de réduire le nombre de tragédies. »

Afin d’aider la Fondation à financer quelque 900 chercheurs et équipes de recherche comme Dr Krahn dans tout le pays, faites un don dès aujourd’hui.

Affiché le 8 décembre 2008

Renonciation: Les renseignements contenus dans cet article sont présentés strictement à des fins de référence et d’éducation. Ce texte n’est pas destiné à remplacer les conseils d’un médecin, ni un traitement médical. Le contenu ne représente pas forcément l’opinion ou les politiques de la Fondation des maladies du cœur et celle-ci n’assume aucune responsabilité ni obligation découlant de toute erreur ou omission survenues dans cet article, ni de l’usage de toute information ou de tout conseil contenus dans ce dernier.